Séance d’entraînement torride : aventure dans une salle de sport

Je m’appelle Aïssatou, une femme métisse de 39 ans, grande et mince, travaillant comme bouchère. Célibataire et bisexuelle, j’ai un appétit insatiable pour les expériences sexuelles variées. Mon fantasme du moment ? Une aventure torride avec un partenaire dans un lieu public. Et ce soir, après le travail, je me rends dans une salle de sport pour me défouler et, qui sait, peut-être réaliser ce fantasme.

Vêtue d’une tenue moulante qui met en valeur mes courbes généreuses, en particulier mes gros seins qui attirent tous les regards, je commence mon entraînement. Les yeux des hommes présents se posent sur moi, mais un en particulier attire mon attention. Un homme musclé, qui me regarde avec insistance. Je décide de le provoquer, de jouer avec lui. Je fais des exercices suggestifs, laissant entrevoir mes tétons qui pointent à travers mon débardeur.

L’homme finit par s’approcher de moi, un sourire en coin. « Salut, je m’appelle Tom, » dit-il, sa voix grave résonnant dans mes oreilles. Nous entamons une conversation, flirtant ouvertement. Je sens une attirance mutuelle, une tension sexuelle qui monte entre nous. Je lui propose alors de me montrer des exercices dans la salle de musculation, un endroit plus discret mais toujours fréquenté.

Une fois dans la salle, je me place devant lui, dos à lui. Je commence une série de squats, frottant mon corps contre le sien à chaque mouvement. Je sens son chibre durcir contre moi, et je ne peux m’empêcher de sourire. L’excitation monte en moi, je suis trempée. Je me retourne vers lui, saisis sa nuque et l’embrasse passionnément, glissant ma main dans son short pour attraper son sexe déjà dur.

Il gémit contre mes lèvres, ses mains se posant sur mes seins, les malaxant à travers mon débardeur. Je me mets à genoux devant lui, regardant sa bite tendue vers moi. Je l’attrape à deux mains, commençant à le pomper lentement. Il gémit, ses mains se posant sur ma tête, m’encourageant à continuer. Je le suce goulûment, mes lèvres glissant le long de son chibre, mes mains jouant avec ses couilles. Je me caresse les seins en même temps, gémissant de plaisir.

Je sens des regards sur nous, mais cela ne fait qu’augmenter mon excitation. Je suis une salope, une chienne en chaleur, et j’aime ça. Je veux qu’il me baise, qu’il me prenne ici, dans cette salle de sport. Je me relève, me tournant vers la machine à squats. Je m’y installe, les jambes écartées, lui offrant une vue parfaite de ma chatte mouillée.

Il comprend le message, se plaçant derrière moi. Il frotte sa queue contre ma rondelle, me faisant frissonner de plaisir. « Tu veux que je t’encule, salope ? », me murmure-t-il à l’oreille. Je gémis en réponse, me cambrant vers lui. Il me pénètre alors, sa bite s’enfonçant dans mon cul étroit. Je crie de plaisir et de douleur, mes doigts se crispant sur les poignées de la machine.

Il commence à me baiser, ses coups de reins puissants me faisant gémir de plus en plus fort. Je sens sa bite me remplir, me faire jouir. Je suis sa chienne, sa cochonne, et j’aime ça. Je veux qu’il me remplisse de son foutre, qu’il me marque comme sienne.

Mais soudain, il s’arrête. Je me retourne vers lui, un regard interrogateur sur le visage. Il me sourit, un sourire en coin. « Je crois qu’il est temps de passer aux choses sérieuses, » dit-il, sa voix grave résonnant dans mes oreilles. Je frissonne d’excitation, me demandant ce qu’il a en tête. Je suis prête à tout, prête à réaliser mon fantasme d’exhibitionnisme dans cette salle de sport. Et je sais que, quoi qu’il arrive, je ne vais pas être déçue.

A suivre…Je le regarde, mon corps frissonnant d’anticipation. « Qu’est-ce que tu as en tête, Tom ? », je demande, ma voix tremblante trahissant mon excitation. Il me sourit, un sourire en coin qui me fait mouiller davantage. « Tu verras bien, salope, » dit-il, sa voix grave résonnant dans mes oreilles.

Il me prend par la main, me guidant vers une partie plus isolée de la salle de musculation. Il me pousse doucement contre un mur, sa bouche se posant sur la mienne dans un baiser passionné. Ses mains parcourent mon corps, malaxant mes seins, pinçant mes tétons à travers mon débardeur. Je gémis dans sa bouche, mon corps réagissant à chaque toucher.

Il descend lentement le long de mon corps, ses lèvres laissant une traînée de baisers brûlants sur ma peau. Il s’agenouille devant moi, sa bouche à hauteur de ma chatte. Il me regarde, un sourire en coin, avant de plonger sa tête entre mes jambes. Sa langue trouve mon clitoris, le léchant et le suçant avec avidité. Je me cambre contre lui, mes mains se crispant dans ses cheveux.

Il me doigte en même temps, ses doigts glissant facilement dans ma chatte trempée. Je gémis de plus en plus fort, mes jambes tremblantes. Je sens mon orgasme monter, mon corps se tendant. « Jouis pour moi, salope, » me murmure-t-il contre ma chatte. C’est tout ce qu’il me faut pour me faire basculer, un orgasme puissant me secouant.

Il se relève, sa bite tendue vers moi. « Tu es prête à te faire baiser comme une chienne, Aïssatou ? », me demande-t-il, sa voix rauque. Je hoche la tête, incapable de parler. Il me retourne alors, me poussant contre le mur, les mains à plat sur celui-ci. Je me cambre vers lui, offrant mon cul à sa bite tendue.

Il me pénètre d’un coup sec, sa bite s’enfonçant dans ma chatte mouillée. Je crie de plaisir, mes doigts se crispant sur le mur. Il commence à me baiser, ses coups de reins puissants me faisant gémir de plus en plus fort. Je sens sa bite me remplir, me faire jouir. Je suis sa chienne, sa cochonne, et j’aime ça.

Il me tire en arrière, me faisant m’asseoir sur sa bite. Je me déhanche sur lui, mes seins rebondissant à chaque mouvement. Il me malaxe les seins, pinçant mes tétons. Je gémis, mes mains se posant sur les siennes, l’encourageant à continuer. Je sens un autre orgasme monter, mon corps se tendant.

« Jouis, salope, » me murmure-t-il à l’oreille. Je crie, mon orgasme me secouant. Il continue à me baiser, sa bite allant et venant en moi. Je sens son rythme s’accélérer, ses coups de reins devenant plus puissants. Il grogne, sa bite se tendant en moi. Je sens son foutre chaud remplir ma chatte, me faisant jouir une nouvelle fois.

Il se retire de moi, sa bite encore dure. « Tourne-toi, » m’ordonne-t-il. Je m’exécute, me tournant vers lui. Je me mets à genoux devant lui, sa bite à hauteur de ma bouche. « Nettoie-moi, » dit-il, sa voix grave. Je me jette sur sa bite, la suçant goulûment. Je peux goûter mon propre jus mélangé à son sperme, mais cela ne fait qu’augmenter mon excitation.

Je le pompe lentement, mes mains jouant avec ses couilles. Il gémit, ses mains se posant sur ma tête, m’encourageant à continuer. Je sens sa bite durcir de nouveau dans ma bouche, et je sais qu’il est prêt pour un nouveau round. Je me relève, me tournant vers la machine à squats. Je m’y installe, les jambes écartées, lui offrant une vue parfaite de mon cul et de ma chatte mouillée.

Il se place derrière moi, sa bite frottant contre ma rondelle. « Tu veux que je t’encule, salope ? », me demande-t-il. Je hoche la tête, incapable de parler. Je me cambre vers lui, offrant mon cul à sa bite tendue. Il me pénètre alors, sa bite s’enfonçant dans mon cul étroit. Je crie de plaisir et de douleur, mes doigts se crispant sur les poignées de la machine.

Il commence à me baiser, ses coups de reins puissants me faisant gémir de plus en plus fort. Je sens sa bite me remplir, me faire jouir. Je suis sa chienne, sa cochonne, et j’aime ça. Je veux qu’il me remplisse de son foutre, qu’il me marque comme sienne.

Je sens son rythme s’accélérer, ses coups de reins devenant plus puissants. Il grogne, sa bite se tendant en moi. Je sens son foutre chaud remplir mon cul, me faisant jouir une nouvelle fois. Il se retire de moi, sa bite encore dure. Je me retourne vers lui, un sourire en coin.

« Tu en veux encore, salope ? », me demande-t-il, un sourire en coin. Je hoche la tête, incapable de parler. Je suis prête à tout, prête à réaliser mon fantasme d’exhibitionnisme dans cette salle de sport. Et je sais que, quoi qu’il arrive, je ne vais pas être déçue.

Il me sourit, un sourire en coin. « Alors, prépare-toi à te faire baiser comme une chienne, » dit-il, sa voix grave résonnant dans mes oreilles. Je frissonne d’excitation, prête à réaliser mon fantasme d’exhibitionnisme dans cette salle de sport. Et je sais que, quoi qu’il arrive, je ne vais pas être déçue.

A suivre

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *